DSC_7381DSC_7393

Je devrais être en train de faire toutes ces autres choses mais me voilà ici. C'est cet endroit qui me manque. Je lis les peu de blogs qui ont survécus avec tellement de plaisir et je voudrais retrouver le mien. Les photos, la douceur, les mots. Au milieu du tourbillon de la vie, décembre est arrivé. Et tout doucement entre tous les moments où je trouve que ça ne finira jamais, les enfants, les jouets éparpillés, le frigo vide et le linge pas lavé, tout doucement il y a les moments où je vois bien qu'un jour on va s'en sortir. Je fais des cookies par fournées, une, deux, trois, peut-être bien quatre depuis que mademoiselle L. est arrivée. Des biscuits vite faits bien faits, et dévorés dans la journée. Le Joli va à l'école et apprend, les chansons, les lettres, les autres. Il a aussi appris la liste au Père-Noël pour qu'il apporte des choses, il a aussi appris MoiPourNoëlJeVeuxUnMcQueen et ça m'a fait paniquer. C'est comme ça on ne peut pas l'empêcher. Mais j'essaye de me raccrocher aux gens qui fabriquent et qui célèbrent le solstice plutôt que le commercial. On a ressorti les lumières de Noël, et trouvé un calendrier avec des fenêtres à ouvrir chaque jour pour découvrir une image. On écoute des histoires racontées et depuis hier on a même un sapin dans un coin. Pour la première fois depuis des années il n'y a pas de bougie calendrier magnifiquement scandinave à faire brûler. C'est comme ça, je n'ai pas la force, pas le temps, je me sens un peu piégée.